Entretien avec Sandrine Maignan, Directrice du développement culturel à la ville de Quimper

La ville de Quimper s’est récemment distinguée en matière culturelle, en lançant le projet participatif du Pôle Max Jacob, lieu de rencontres entre artistes et Quimpérois. Dans cet entretien, la Directrice du développement culturel à la ville de Quimper revient sur ce projet, et présente l’ensemble de ses missions…

 

Pouvez-vous, pour commencer, nous exposer brièvement votre parcours professionnel ?

J’ai suivi un parcours classique. J’ai obtenu une licence puis une maîtrise de musicologie, une licence de sciences du langage, et un DESS de gestion de projets culturels. J’ai ensuite travaillé à Epinal, ville qui laisse beaucoup de place au sport, en tant qu’adjointe au directeur des affaires culturelles. J’en profite à ce titre pour évoquer une question qui pourrait être creusée : la relation entre la culture et le sport dans les collectivités territoriales. Je suis partie d’Epinal pour aller à Quimper prendre le poste de chargée de spectacle vivant pendant 1 an et demi. Je suis enfin devenue directrice du développement culturel à Quimper.

 

Pouvez-vous nous présenter votre direction du développement culturel ?

Celle-ci compte 220 agents, dont 70 agents du réseau lecture publique, 40 pour le conservatoire, 46 pour l’école d’art, 20 au musée des beaux-arts et 8 personnes au siège de la direction.

En termes budgétaires, la culture représente environ 14% du budget global de la ville de Quimper. C’est donc une proportion assez forte pour une ville comme Quimper. A titre de comparaison, la moyenne nationale du budget consacré par les villes à la culture s’élève à 12% ; à Lorient, 16% du budget sont consacrés à la culture.

La direction du développement culturel est une nouvelle direction et a donc induit des changements dans la collectivité. Il y a beaucoup d’équipements et de services culturels à Quimper mais seule la lecture publique a été transférée à la communauté d’agglomération. Certaines communautés d’agglomération ont commencé par d’autres transferts au sein de la politique de la culture. Les équipements culturels de Quimper rayonnent sur la Cornouaille et Quimper veut s’imposer comme la capitale culturelle de la Cornouaille.

 

Pouvez-vous nous détailler l’organisation de votre direction ?

Au sein de la direction, il y a :

–          une personne chargée du spectacle vivant

–          une personne chargée de la lecture, de l’image, etc…

–          un service socioculturel chargé des projets de maisons pour tous. Chaque quartier a une maison pour tous qui développe des missions structurantes pour maintenir et développer la cohésion sociale et le vivre ensemble. Les relations sont en effet très fortes entre la ville et les associations de quartier. Ces dernières mènent beaucoup de projets dans les domaines de l’enfance et de la famille, des relations sociales et des affaires culturelles. Chacune a un pôle de compétences dans le domaine de l’accompagnement des pratiques en amateur : théâtre, danse et voix, cultures urbaines. Les associations sont conventionnées avec la ville. Ces conventions permettent de partager des moyens, des objectifs et d’arriver à se projeter dans le temps.

 

Quelles sont les fonctions d’une directrice du développement culturel dans une ville comme Quimper ?

J’ai, en tant que directrice du développement culturel, deux fonctions principales :

–          contribuer à définir le projet culturel des élus, en lien avec les acteurs culturels du territoire si les élus le souhaitent, ou de manière plus « directive » (comme c’était le cas lors du mandat précédent). Avec le nouveau mandat, la mise en œuvre de l’agenda 21 favorise tout type de participation. Cette mise en œuvre s’est faite à la suite d’Etats généraux organisés autour d’axes forts définis par les élus. A l’issue de ceux-ci, les élus ont souhaité que Quimper continue à être la capitale culturelle de la Cornouaille et qu’elle entretienne le vivre ensemble par la culture. A ce titre, 3 objectifs-clé ont été définis :  

  • le croisement des pratiques. En effet, le grand nombre d’institutions culturelles à Quimper est une force, mais peut aussi être une faiblesse s’il n’existe pas de coordination entre celles-ci ;
  • la diversification des formes de rencontres entre artistes et habitants
  • l’encouragement à l’accompagnement des pratiques en amateur et le soutien à l’éducation artistique.

Des orientations ont ensuite été fixées pour contribuer à mettre en œuvre ces objectifs :  

  • le pôle Max Jacob, qui est un futur pôle d’expérimentation artistique et culturelle
  • le soutien à toutes les pratiques liées à la lecture et à l’écriture avec la création d’un événementiel, « l’Odyssée des mots » 
  • la clarification des événements culturels sur Quimper, et le développement de la saisonnalité
  • le soutien à l’accompagnement des pratiques en amateur. Le plan éducatif local permettra peut être de donner plus de visibilité à ce soutien.

–          Piloter la mise en œuvre de ce projet et l’ajuster. Pour ce faire, nous disposons de deux leviers :

  • les équipements en régie
  • les projets associatifs

La force de la politique culturelle réside dans notre capacité à croiser les deux et à leur donner des objectifs communs.

Mon rôle de directrice du développement culturel est donc de manager des experts, pour faire en sorte que les gens travaillent ensemble.

 

Pour que vos missions soit tout à fait concrètes pour nous, pouvez-vous nous présenter votre travail sur un mois ?

Mon travail sur un mois, et en particulier au mois de juin 2010, consiste à :

–          animer les réunions de la direction culturelle

–          organiser des réunions avec les structures associatives :

  • à l’automne dans le cadre du budget
  • avant les grandes vacances pour dresser un bilan

–          organiser des réunions sur les projets (ex : le pôle Max Jacob)

–          organiser des réunions hebdomadaires avec les élus

–          croiser la politique de développement culturel avec la politique de l’enfance, la politique de l’urbanisme, etc.

 

Revenons sur le projet de lecture publique que vous avez mené…

Le projet s’appelle L’Odyssée des mots. A l’époque, l’opération Lire en fête avait été abandonnée au niveau national. On a donc créé l’Odyssée des mots à Quimper. Le livre est pris comme concept, comme support de transmission. Pour réaliser ce projet, nous avons voulu faire travailler de concert l’ensemble du réseau de lecture publique ; les écoles sont également présentes. Par exemple, les instituteurs ont décliné ce projet dans leur classe. Il y a un groupe de travail qui s’est constitué. La première édition en 2009 a eu pour thématique « littérature et gourmandise ». Chacun a proposé des projets. Des interventions ont eu lieu sur une semaine en octobre : dans des bars, des restaurants, à la médiathèque. Une soirée polard avec des ballades a été organisée, une librairie éphémère a été ouverte le week-end. Cette année, la thématique est « la couleur ».

Déroulement du projet :

Un plan de communication avait été élaboré un mois avant le lancement du projet. Un appel à projet a été lancé :

–          la ville a participé à hauteur de 30 000 euros

–          la CA de Quimper a participé à hauteur de 10 000 euros

–          10 000 euros du budget communication ont été alloués à ce projet.

 

Pouvez-vous nous dire quelques mots du Cinéma à Quimper ?

Le cinéma est géré en DSP et porté par une association. Le label arts et essais est important car seul ce label permet d’avoir des subventions du CNC : ces subventions sont accordées au regard du nombre de films classés art et essais dans l’année. Il y a aussi d’autres labels : jeune publique, recherche, découverte et patrimoine. C’est aussi le CNC qui attribue les aides, qui sont plus importantes pour ces labels que pour le label art et essai.

Propos recueillis par Cécile Fischer.

Publicités
Cet article, publié dans Politiques culturelles, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s