Innover en matière de lecture publique (1) – Faciliter l’accès aux bibliothèques et médiathèques

Dans un contexte de baisse de la fréquentation des bibliothèques et médiathèques depuis 2002, de développement des ressources et outils numériques, et d’évolution des pratiques et attentes culturelles des Français (Olivier Donnat, étude 2008), l’avenir des bibliothèques et des médiathèques réside dans leur capacité à innover.

Une série d’articles présentera donc un état des lieux des innovations en France et en Europe dans les établissements de lecture publique. Ce premier volet s’intéresse aux innovations en matière d’accès aux bibliothèques et médiathèques.

Alors que les établissements de lecture publique sont ouverts à tous, gratuitement, seuls 28% des Français se sont rendus au moins une fois dans une bibliothèque ou une médiathèque au cours de l’année 2008. Faciliter l’accès, tant physique que virtuel, aux bibliothèques et médiathèques est ainsi devenu un enjeu majeur pour celles-ci.

  • Améliorer l’accès physique à la bibliothèque/médiathèque

Pour attirer un public plus large, certaines médiathèques se sont dotées de nouveaux services qui en font un véritable lieu de vie, au risque de les éloigner de leur cœur de métier : vestiaires à la bibliothèque Louis Nucera à Nice ; consigne à la médiathèque André Malraux à Strasbourg ; crèche ou garderie dans les Idea Stores à Londres ; salles de sport et de formation en Grande-Bretagne.

L’accueil des publics est également rendu plus facile par les automates de prêt/retour et le système de RFID. Le retour des documents peut se faire en dehors des horaires d’ouverture, l’usager est plus autonome, et les personnels d’accueil ont plus de temps pour faire de la médiation culturelle. Par ailleurs, les portiques anti-vol qui accompagnent le système de RFID permettent de mesurer la fréquentation de l’établissement.

Enfin, la bibliothèque départementale de la Sarthe a mené une réflexion globale sur l’amélioration de l’accueil des publics handicapés.

  • Développer l’accès virtuel

Le temps moyen que les Français consacrent aux écrans en dehors des programmes télévisés regardés en direct est supérieur à 10 heures par semaine. 67% des Français se connectent tous les jours ou presque à Internet en dehors de toute obligation liée aux études ou à l’activité professionnelle.

 Dans ce contexte, les outils de consultation en ligne du catalogue et d’information sur la médiathèque sont devenus un véritable axe de développement de celle-ci.  Le portail numérique, présentant le réseau des médiathèques, ses services et donnant accès aux ressources numériques, avec un service de questions/réponses (exemple : Bibliosésame), est devenu un outil majeur. Des portails numériques thématiques ont également été créés par certaines médiathèques : point G à Lyon ; Cyberbase à la BfM de Limoges. Des flux RSS permettent de se tenir au courant des actualités et des nouvelles acquisitions. Ils sont parfois regroupés sur un portail Netvibes : 72 univers Netvibes existent pour les bibliothèques territoriales (60 BM, 12 BDP), tels que ceux de la médiathèque intercommunale de Dignes-les-Bains , des médiathèques du pays de Romans (Drôme), des bibliothèques municipales de Grenoble (netvibes ciblé sur les jeux vidéos) ou encore de la bibliothèque municipale de Bordeaux (netvibes consacré à l’autoformation). Les catalogues des bibliothèques et médiathèques sont passés pour certains au web 2.0. La présence des médiathèques dans la sphère numérique peut même aller, comme à Toulouse, jusqu’à créer une application pour smartphone.

Les médiathèques cherchent également à développer de plus en plus les outils d’intégration à une communauté virtuelle. Elles sont ainsi présentes sur les réseaux sociaux : Facebook (bibliothèque de Toulouse) ; Myspace (médiathèque de Brest ) ; Twitter (bibliothèque de Rennes métropole ). Elles partagent des informations à travers des signets, destinés à proposer aux publics une sélection de liens internet.  Enfin, elles cherchent à favoriser l’intégration à une communauté d’e-lecteurs, à travers Babelio notamment (médiathèque de Lisieux ; bibliothèques de Suresnes ; etc). 76  «bibliothèques territoriales » (BM et BDP) ont créé leur blog (cf. Touti Frouti, portail des blogs des bibliothèques publiques). Ces blogs peuvent être classés en deux grandes catégories : les blogs destinés à communiquer sur les événements organisés par les médiathèques, qui remplacent des portails numériques sous forme de site internet (ex : BM de Langres) ; les blogs thématiques qui proposent des contenus spécialisés propres à un thème (ex : Mediamus pour la médiathèque de Dole).

Enfin, la médiation culturelle se dote progressivement d’outils en ligne, à travers des expositions virtuelles (médiathèque de Roubaix ; médiathèques de Bourg-en-Bresse ; bibliothèques de Versailles ; bibliothèque de Toulouse ) ou des conférences en ligne (BM Lyon ; médiathèque de Saint-Raphaël ; bibliothèque de Toulouse).

Publicités
Cet article, publié dans Lecture publique, Politiques culturelles, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s