Marseille 2013 : des moyens en question

« C’est la polémique du moment à Marseille », selon Piscopo-Reguieg Sandro (Art Press). La Ville de Marseille a en effet créé en décembre 2010 deux fonds de dotations pour attirer des financements privés voués à l’acquisition d’œuvres d’art contemporain et à « la rénovation du patrimoine architectural marseillais ».

Cette décision, qui profite du caractère innovant de l’instrument fonds de dotation, pourrait cependant affecter la cohérence du projet « Marseille 2013 Capitale européenne de la Culture ». L’association Marseille-Provence 2013, structure pilote au sein de laquelle sont engagées plusieurs collectivités territoriales, EPCI et entreprises, voit en effet apparaître deux rivaux potentiels – ou apparaissant comme tels – dans la collecte des mécénats, alors même que son budget semble encore insuffisant au regard de ses ambitions.

Cette situation fait écho aux conclusions de notre article sur les fonds de dotation et les risques qu’ils font peser en termes d’éviction – ou au moins de cohérence -de la dépense publique. Elle renvoie aussi à la difficulté de construire une vision partagée de la compétence culturelle sur un territoire marqué par un fort clivage politique entre ville-centre, intercommunalité et des acteurs aux intérêts trop divergents, voire rivaux.

Publicités
Cet article a été publié dans Politiques culturelles, Revue de presse / Web. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s